Actualités et news

Suivez l'actualité (prochains stages, photos des projets en cours, événements) via Facebook

CONTACT: 

A chacun son cinéma

Vincent Steffler, coordinateur de projets

Quai des tanneurs 2, 4020 Liège

chacunsoncinema@hotmail.fr

0476/228.333

Bilan et perpectives

Les vidéastes du web, source d'inspiration

Rétrospective

En 2018, il y a eu la relance de nos stages cinéma pour jeunes, l'organisation d'ateliers vidéos pour public ado et adulte en réinsertion sociale, et la réalisation de capsules vidéos sous des formes variées- voir même parfois expérimentales.

Je remercie les organismes qui nous ont fait confiance cette année et qui m'ont permis également d'expérimenter avec eux les tréfonds du cinéma et de jouer les vidéastes du web (Reform asbl, Internat de La roche en Ardenne, Service Culture de la Ville de Seraing, Athénée Royal Thil Lorrain de Verviers, Miroir Vagabond asbl- et asbl Mode d'emploi notamment).

Je remercie également les personnes qui ont collaboré avec moi et A chacun son cinéma en 2018 : Marie Calvas, Arnaud Hockers, Jonathan Lorenz, Mathilde de Montpeyroux.

Exemple de vidéos réalisées : micro-trottoirs, podcasts, fast-drawing, défis, génériques, documentaire scolaire, émission, clip, reportage, stop motion, making of, parcours, tuto, top. A chaque fois, les participants ont pu manipuler du matériel vidéo, de la préparation du tournage au montage et jusqu'à la diffusion. Public : Jeunes et adultes, entre 6 et 45 ans.

Tous ces films sont visionnables sur demande ou disponibles sur notre chaîne youtube.   Certains sont uniquement disponible en privé car réalisés et diffusés uniquement dans un cadre interne.

Durant chaque atelier, nous avons analysé et décortiqué avec notre public des vidéos mises en ligne sur le web notamment, afin de démontrer aux participants qu'il était parfaitement possible de faire passer un message, et de toucher un public vaste et varié à l'aide de différents formats vidéos courts style youtubeurs, que l'on pourrait traduire également par vidéastes du web .

Aujourd'hui, être un bon vidéaste du web reconnu est un métier à part entière, il faut pouvoir à la fois être suffisamment formé à l'informatique et au web, mais aussi pouvoir maîtriser le montage vidéo et les bases de l'audiovisuel. Bref, il faut pouvoir jongler avec différentes techniques, et ne plus resté spécialisé dans un seul domaine lié à l'audiovisuel comme cela était le cas auparavant.

Grande qualité, peu de moyens

Il est possible aujourd'hui de réaliser des vidéos de grande qualité artistique et créative avec peu de moyens. Il est un fait qu'à notre époque, il n'y a plus besoin de matériel onéreux, ni d'une équipe technique complète pour faire entendre sa voix grâce à des vidéos réalisées dans un style cinématographique clair, accessible et simple. En 2018, nous avons suivi cette tendance du web qui regorge de vidéos kitches, drôles, parfois un peu hors cadre cinématographique, mais pourtant beaucoup plus créatives. Aujourd'hui, je pense que la créativité et l'originalité cinématographique se trouve avant tout sur le web, dont la réalisation n'est plus réservée uniquement à une élite de réalisateurs formés en école de cinéma classique. On trouve bien entendu de tout sur le web, il y a à boire et à manger, et notre rôle en tant qu'organisme d'éducation aux médias a également été de faire un travail d'analyse critique de ces documents.

En 2018, notre démarche formative et entièrement participative a permis à chacun de nos participants de laisser libre court à l'expérimentation, de s'éloigner des codes classiques du cinéma, et de libérer totalement la créativité et l'imaginaire. Depuis sa création, le cinéma à évolué et évolue encore à toute vitesse. Aujourd'hui, quand on se dit formateur et animateur vidéo en éducation aux médias, il faut suivre ce qui se fait aussi et surtout sur le web et les réseaux sociaux en terme de création vidéo, et aussi pouvoir s'adapter à ce qui plaît aux jeunes aujourd'hui, sous peine d'être largué à vitesse grand v ou d'être traité de has been de la vidéo.

A titre d'exemple, chaque minute, 400h de vidéos sont uploadées en moyenne sur youtube, soit 600.000 heures de vidéos chaque jour. Chaque mois, 1,5 milliard d'utilisateurs regardent des vidéos sur YouTube. Ils le font en moyenne 1h par jour, soit 1,5 milliard d'heures passées chaque jour à voir des vidéos. Entre janvier 2016 et janvier 2017, le temps de visionnage de youtube sur les tv a doublé. Bref, aujourd'hui les vidéos sur le web ont largement pris le pas niveau quantité produite et visionnée par le public et les jeunes sur l'industrie du cinéma classique qui a du mal, je trouve, à parfois se renouveler et qui tourne parfois en rond -hormis peut être le cinéma indépendant. (https://www.webrankinfo.com/dossiers/youtube/chiffres-statistiques)

Le cinéma a plusieurs formes, aujourd'hui, on peut en effet utiliser un smartphone et se filmer seul puis diffuser une vidéo en quelques clics seulement et en direct. Il faut connaître les bases de l'audiovisuel pour pouvoir faire des vidéos de qualité, mais il n'est plus nécessaire de connaître tout le langage cinématographique pour pouvoir se lancer comme vidéaste sur le web.

Nous veillons cependant lors de nos ateliers à ce que chacun de nos projets vidéos aboutisse et soit diffusable sous une forme propre, que ce soit en terme de son, mais aussi avec une image de la meilleure qualité possible et un montage cohérent bien entendu.

Perspectives 2019-2020 : Nouveau projet : de création et de sensibilisation au jeu vidéo avec l'AMO Color' Ados qui va nous ouvrir encore à différentes techniques autour de la création vidéoludique. Nous renouvelons également notre partenariat avec l'Internat de La roche en Ardenne et nous allons également participer à un projet Erasmus+ pour un festival du cinéma jeune en Pologne sur le thème de l'amour. Je profite pour ce poste pour annoncer également que je rejoins l'équipe des camarades de Mefamo pour aider à développer cette asbl.